Mise en avant

L’ilinx en impesanteur

L’objectif de ce carnet est de relater ma participation à une résidence de recherche scientifique grâce à l’Observatoire de l’espace, le laboratoire culturel du CNES au mois d’octobre 2019 et notamment à un vol en impesanteur à bord de l’Airbus ZERO-G.

En tant que Chercheuse en Sciences de l’Information et de la Communication associée à l’axe IDEM (Images, Design ,Espace, Médiation : L’expérience du contemporain) de l’équipe d’accueil MICA (Université Bordeaux Montaigne), je mettrai ainsi en oeuvre un projet de recherche fondé, en particulier, sur la notion d’ilinx telle qu’elle a été développée par Roger Caillois (1958, 1967), afin de la confronter à une expérience potentiellement vertigineuse, qui est susceptible de déstabiliser radicalement les repères liminaires du sujet.

Il s’agira ainsi d’éprouver l’hypothèse suivant laquelle la microgravité permet au passager du vol en impesanteur de faire l’expérience d’une récréation, d’une contrainte et d’une recréation de soi tout en réactualisant une notion développée il y a plusieurs décennies, à l’occasion d’une résidence de recherche qui sort de l’ordinaire.

Ce projet prend ainsi place dans les recherches que je mène autour d’expériences d’ “oscillation” identitaire, qui sont susceptibles de venir perturber les limites du sujet.

L’ilinx en impesanteur : une expérience d’ “oscillation” radicale à bord de l’Airbus ZERO-G ?

Tel est le titre du projet de recherche que j’ai soumis à l’Observatoire de l’espace, le laboratoire culturel du CNES, et que je mettrai en oeuvre dans le cadre de la résidence en impesanteur qui se déroulera du 14 au 18 octobre 2019 dans les locaux de Novespace, près de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac.

Dans ce billet, je vais chercher à expliquer les grandes lignes de ce projet de recherche fait d’hypothèses que je confronterai au vol parabolique en Airbus ZERO-G, ainsi qu’à définir au mieux les différentes notions que j’emploie.

La notion d’ilinx
Je me suis en effet fondée sur cette notion développée par un anthropologue, Roger Caillois, dans son ouvrage Les Jeux et les hommes. Le masque et le vertige (1958, 1967).

Cette notion d’ilinx, issue du grec ancien, signifie “le tourbillon d’eau”. Roger Caillois l’emploie pour désigner une catégorie de jeux susceptibles de provoquer, chez un “joueur”, un véritable tournis, un frisson voluptueux qui a trait à l’expérience d’un vertige : le “rien-ne-va-plus fatal”.

À côté des jeux relevant de l’alea (les jeux de hasard), de l’agôn (les jeux de compétition) et de la mimicry (les jeux de l’illusion, les arts du spectacle), ilinx renvoie ainsi à un type d’expérience “ludique” qui tend à déstabiliser, radicalement, le joueur : Roger Caillois prend ainsi pour exemples les manèges de fête foraine, qui peuvent susciter en lui des sensations fortes (on peut penser aux bateaux pirates, aux manèges à loopings et tout particulièrement, ici, aux montagnes russes), ou encore l’alpinisme, la haute voltige et, dans une moindre mesure, la balançoire.

L’épreuve de l’impesanteur : une expérience de l’ilinx ?
J’émets ainsi l’hypothèse suivant laquelle l’expérience du vol parabolique en Airbus ZERO-G est à même de provoquer, chez le passager ou la passagère désarrimé(e) de la gravité habituelle, un tel sentiment de vertige lié à l’ilinx.

Dans cette mesure, je considère le vol en impesanteur comme une “expérience limitée des limites”, qui permet une réinvention de soi.

1. L’idée de récréation de soi, entre ilinx et paidia
L’expérience du vol en Airbus ZERO-G peut ainsi provoquer chez la passagère ou le passager un sentiment de “fantaisie incontrôlée”, d’euphorie voire d’ivresse. Ici, l’ilinx est associée à ce que Roger Caillois appelle “paidia“, notion qui renvoie à un sentiment d’insouciance (de “ὁ παῖς” : l’enfant).

Il s’agit ainsi de prendre en compte l’idée d’évident amusement qu’est susceptible d’initier le vol en Airbus ZERO-G, qui place récursivement le corps en situation de flottement. Pour être plus précise, les paraboles telles des montagnes russes placeront alternativement le corps en situation de microgravité et d’hypergravité.

Voici l’illustration d’une parabole :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est parabolic-flight-DE-500x353.png.
URL : http://www.airzerog.com/de/airbus-a310-zero-g-de/

Au cours d’une parabole, l’avion s’élève donc dans une phase de montée à 50° qui dure 20 secondes, puis s’élève encore jusqu’à 8500 mètres de hauteur et descend en chute libre dans une phase d’inclination à 42°, pendant 22 secondes.

Au cours de la phase de montée et de descente, les passagers subissent un phénomène d’hypergravité (Hyperschwercraft) pendant laquelle ils “pèsent” deux fois leur poids ; un peu avant le sommet et au début de la phase de descente, de microgravité ou apesanteur (Schwerelosigkeit) qui les fait “flotter” ; puis l’avion se restabilise pour descendre à 6000m de hauteur.

Le vol durera entre 3 et 5 heures ; il y aura une trentaine de paraboles de ce type, pour une expérimentation de l’apesanteur d’une durée totale d’une dizaine de minutes.

Aussi le passager de l’Airbus ZERO-G est-il susceptible de faire l’expérience de ses limites grâce au vol parabolique, dans un phénomène de divertissement insouciant.

2. L’idée de restriction et de contraintes : ilinx et ludus
Mais cette expérience d’un tournis vertigineux semble, à travers la définition qu’en a donnée Roger Caillois, pour le moins ambivalente. L’ilinx apparaît liée à une “attirance affreuse et funeste”, mortifère, à travers une forme de “désarroi” à la fois psychique et organique ; dans cette mesure, on peut également considérer un tel vol parabolique comme une expérience de l’extrême, à travers une mise en danger du corps qui fait l’épreuve étourdissante de ses repères liminaires.

C’est pourquoi on pourrait le situer à la limite d’une expérience ludique.

Par conséquent, cette impression d’ivresse radicale, ce désir éventuel d’une “ruine perceptive” qui “abolit la réalité dans une souveraine brusquerie” ne peuvent être que passagers ; aussi et de la même manière que l’alpinisme ou la haute voltige, le vol parabolique en impesanteur devrait-il être discipliné, contrebalancé par un cadre contraignant. Cette idée de restriction, de limite a ainsi trait au ludus, comme canalisation d’une expérience vertigineuse de l’extrême.

Cette discipline du vertige peut être d’une part liée à la durée immanquablement limitée des paraboles, l’avion ne pouvant demeurer “en chute libre” au risque d’un décrochage. D’autre part, seront expliquées des règles de sécurité lors d’un briefing qui aura lieu le 14 octobre et qui cadrera l’expérience de l’impesanteur.

Le sentiment de vertige délivré par le vol en Airbus ZERO-G telle une expérience extrême des limites devrait donc être encadré, discipliné par des règles, associant ainsi l’ilinx au ludus.

3. La réinvention de soi
Le vol en impesanteur est enfin susceptible de confiner à une véritable expérience de recréation de soi, qui permet au passager de découvrir des potentialités somesthésiques inouïes par l’adoption de règles gravitationnelles nouvelles.

Il s’agirait ainsi pour lui de se laisser dominer, déranger par des forces qui lui sont étrangères afin d’expérimenter des conditions perceptives renouvelées qui viennent interroger la stabilité habituelle du corps.

Cette situation parabolique permettant au corps désancré de flotter en impesanteur est de la sorte susceptible de déstabiliser le passager, dans une mise en question de l’image de sa propre constitution.

Une expérience d’oscillation radicale ?
J’émets l’hypothèse suivant laquelle le vol en impesanteur peut être considéré comme une telle expérience d’ “oscillation” pour le sujet, amené à mettre à l’épreuve les frontières liminaires de son identité.

Il serait effectivement invité à se laisser, temporairement, déposséder de lui-même par le vol parabolique dans une expérience d’altération radicale. Mais on peut aussi mobiliser le terme d’oscillation pour traduire le mouvement ondulatoire de la parabole, qui place le corps dans une situation de battements entre microgravité et hypergravité.

Un carnet de voyage en impesanteur

Une image de l’Airbus ZERO-G, qui permet d’expérimenter la microgravité

Du 14 au 18 octobre 2019, j’aurai la chance de participer à une résidence de recherche singulière, “en impesanteur” grâce à l’Observatoire de l’espace, le laboratoire culturel du CNES ; elle aura lieu dans les locaux de Novespace, près de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac.

À un mois de cet événement à la fois très attendu et très inattendu, je voulais raconter l’ “avant” – c’est-à-dire comment s’est mise en place cette participation à une résidence de recherche qui sort de l’ordinaire, et les sentiments qui me traversent depuis que j’ai reçu la réponse positive à ma proposition.

La naissance du projet

En mars 2019, tandis que je complétais mes dossiers pour des postes de Maître de Conférences, j’ai voulu me “changer les idées” et je me suis mise à naviguer sur le site de Calenda (drôle de façon de “prendre l’air”, j’en conviens). Je suis alors tombée sur une annonce qui a suscité ma curiosité et, lorsque j’en ai consulté le lien, je me suis dit qu’il me fallait à tout prix candidater – malgré la peur que je pouvais ressentir (j’y reviendrai).

Il s’agissait en effet d’un appel à projets lancé par l’Observatoire de l’espace, le laboratoire culturel du CNES et destiné à un Chercheur ou une Chercheuse en Sciences Humaines et Sociales qui souhaitait participer à une telle résidence en impesanteur, comprenant un vol à bord de l’Airbus ZERO-G.

Le projet scientifique retenu devait ainsi s’inscrire dans la volonté de l’Observatoire de l’espace de mettre des mots sur l’expérience de la microgravité dans une perspective anthropologique, philosophique (en voici le lien : https://calenda.org/576367)…

Lorsque j’ai lu cet appel, j’ai aussitôt pensé à une catégorie “ludique” développée dans l’ouvrage Les Jeux et les hommes. Le masque et le vertige de Roger Caillois, dont la première version date de 1958 et la seconde, revue et augmentée, de 1967. Il fait partie de ces livres qui m’ont profondément marquée et que j’aime retrouver régulièrement…

Dans cet ouvrage, Roger Caillois propose une classification des jeux à travers une perspective sociologique et anthropologique, en montrant que la place que confèrent les sociétés aux uns et aux autres révèle d’elles une dimension qui leur est fondamentale.

Caillois (Roger). 1967 (1958). Les Jeux et les hommes. Le Masque et le vertige. Paris : Ed. Gallimard, Coll. Folio/Essais, 2ème édition revue et augmentée, p. 92

J’en ai rapidement expliqué les enjeux dans l’article “La notion d’ilinx à l’épreuve de l’impesanteur” qui a été diffusé sur le blog des Humanités spatiales, le carnet de recherche interdisciplinaire de l’Observatoire de l’espace, en juillet 2019 : http://humanites-spatiales.fr/la-notion-dilinx-a-lepreuve-de-limpesanteur/ .

L’ilinx, donc, m’est immédiatement apparue comme une notion utile pour appréhender cette expérience singulière de l’apesanteur. Elle m’a en effet semblé à même de traduire une impression de vertige qui est susceptible de traverser, voire d’ébranler le passager ou la passagère d’un vol en Airbus ZERO-G, soumis à des moments de chute libre : elle renvoie à une forme de transe ou d’étourdissement marquée par sa violence, par sa brusquerie, qui tend à détruire la stabilité de la perception du “joueur”. À travers cette catégorie de sensations qui se situe indéniablement à la limite d’une expérience ludique, celui-ci est ainsi amené à faire l’expérience d’un véritable tournis, qui met à l’épreuve ses frontières corporelles.

Je me suis également dit qu’il pourrait être intéressant de réactualiser une notion développée il y a plusieurs décennies, à l’aune d’une expérience éminemment contemporaine.

J’ai donc fait parvenir mon dossier à l’Observatoire de l’espace et, dans le courant du mois d’avril, j’ai reçu la réponse positive à ma proposition : mon projet était retenu.

La rencontre avec l’Observatoire de l’espace et les démarches réalisées en amont

Le siège du CNES, à Paris

Je me suis rendue au siège du CNES à la mi-juin 2019. J’ai ainsi rencontré Gérard Azoulay, Floriane Germain et Anaïs Raulet, avec qui j’ai pu échanger autour de mon projet de recherche et de sa mise en oeuvre, au cours de cette semaine du 14 au 18 octobre ; au terme de notre rencontre, nous avons signé ensemble la lettre de partenariat destinée à fixer les engagements réciproques en matière de communication.

Par la suite, je me suis dépêchée de remplir différents formulaires administratifs me permettant de participer à cette résidence de recherche singulière.

Le dossier comprenait notamment une visite médicale auprès de mon médecin traitant, qui m’a envoyée passer un électrocardiogramme de repos. Ex-fumeuse, j’appréhendais un peu cet examen mais, heureusement, tout s’est bien passé.

Je suis retournée, électrocardiogramme en poche, auprès de mon médecin traitant et, après que nous nous sommes assurés que je ne souffrais d’aucune autre contre-indication au vol (problèmes neurologiques, hématologiques, psychiatriques, etc.), il a signé le précieux sésame : tout était en règle.

L’attente de la résidence, entre excitation et angoisse

D’une certaine façon, la notion d’ilinx que je vais confronter à l’expérience de ce vol en impesanteur à bord de l’Airbus ZERO-G m’est aussi utile pour traduire le mélange d’excitation et de peur que je peux ressentir à l’idée de réaliser une telle expérience de recherche.

L’ilinx (le “tourbillon d’eau”, en grec ancien) renvoie en effet à une sensation de vertige, dans une perspective ambivalente : pour Roger Caillois, elle traduit cette sensation d’ivresse, ce frisson voluptueux qui peut s’emparer de celle ou celui qui expérimente les manèges à sensations fortes, l’alpinisme ou la haute voltige, mais elle est également liée à une attirance funeste pour une expérience de l’extrême, qui convoque l’idée d’une mise en danger de soi.

C’est précisément cet enchevêtrement d’effervescence et de peur qui me traverse depuis le mois d’avril.

D’une part, il y a cette agitation qui me parcourt en pensant que je vais flotter en apesanteur à l’occasion d’une expérience extra-ordinaire grâce à l’Observatoire de l’espace, le laboratoire culturel du CNES. Jamais je n’aurais pu penser que la lecture de Roger Caillois m’amènerait à participer à un tel vol en Airbus ZERO-G. La découverte de sensations inouïes, permise par l’adoption de règles gravitationnelles nouvelles, m’enchante et, lorsque je visionne les vidéos de passagères et de passagers qui ont déjà eu la chance d’embarquer sur cet avion, j’imagine que le divertissement, l’insouciance et la fantaisie seront de la partie.

Mais d’autre part, c’est aussi un sentiment de peur que je ressens. Une peur liée au vol lui-même, à cette expérience de l’extrême qui met le corps à l’épreuve de ses propres limites, et à la crainte d’être malade.

Il me semble que ces sensations m’accompagneront jusqu’à ce petit matin du 17 octobre, au cours duquel je poserai le pied dans l’Airbus ZERO-G.